Café racer article

CAFE RACER MAGAZINE

 

Café racer logo

Article de Bertrand Bussilet pour Cafe Racer Magazine

“Nés dans un Garage, les trois frères Morel ont fait de la mécanique une passion et du commerce, une profession : ils viennent d’ouvrir a rennes un petit deus breton qui ne demande au’à prendre de l’ampleur”.

Le mariage divin n'est pas une chimère : il y en a vraiment qui pratiquent en France le surf et la moto ! Nous qui pensions que cette habile construction australo-marketing pour imposer une gamme de

t-shirts était réservée à des contrées exotiques, nous voilà rhabillés, en Morex de préférence. « Surf et moto sont deux échappatoires identiques, une même façon de se faire plaisir et de se laver la tête. » Celui qui parle ainsi se nomme Kevin Morel, 32 ans. Pour le surf, on ne sait pas; mais pour la moto, on ne pourra pas lui reprocher d'avoir découvert ça avec Deus ex Machina. Kevin est né dans un atelier de mécanique, celui de son père Antoine Morel, spécialiste du Dakar à deux et quatre roues. Kevin a pratiqué la moto avant même d'entrer à l'école élémentaire, en tout-terrain évidemment (voir encadré). Mais lorsqu'on grandit dans le Cotentin, terre du café-racer, on aime les motos stylées, et le pilote n'a pas tardé à modifier ses motos. Sa première prépa était une Harley-Davidson; il a enchaîné depuis avec des Dominator, des CX, des Four. « Mes 14° et 15º motos sont en cours de montage dans l'atelier. Mais je ne fabrique pas des prépas sur demande : je fais une moto qui m'éclate, je la développe et la garde. Puis je la refais en deux ou trois exemplaires pour des clients afin de retomber sur mes pattes. C'est ainsi qu'il y a les Dominator et CX Evo 1, 2 et 3. »

LE SENS DE LA FÊTE

« Plusieurs fois, alors que je roulais, on m'a demandé quelle était la marque de ma moto. J'ai rapidement répondu Morex Custom. » C'est un clin d'œil à l'atelier originel de Villedieu-les-Poêles. « Dans le sous-sol, on y faisait la fête les vendredis soir. Les copains avaient rebaptisé l'endroit Morex Club, d'après le Rex à Paris. » Le nom est resté, mais Kevin avait déjà cette fibre entrepreneuriale. « Lors d'une fête, j'ai rencontré Simon Bouvier. Il aimait le surf et la moto, et rêvait de faire le Touquet. Je lui ai proposé de venir s'entraîner le lendemain matin à 6 heures... » Ainsi est née une amitié, un projet aussi : Bouvier avait plusieurs centres auto à Rennes, et un bâtiment disponible sur la route de Lorient, qui est aussi la route des spots de surf breton. Kevin et Simon se sont associés, soutenus par Michel Ohran, financier et collectionneur de motos, pour créer la Morex

Custom House. « J'avais habité 6 mois à Bali, et je rêvais d'ouvrir aussi un lieu de vie où tout le monde peut se rencontrer, comme le Deus Temple. » Restaurant, boutique, showroom: la House de 450 m2 et 100 m2 de terrasse fut terminée pendant le premier confinement. On y trouve les motos qui sont toujours fabriquées à Villedieu, une carte façon fusion-food et la gamme de vêtements aux couleurs Morex. L'atelier de fabrication de surf de Kevin est pour l’heure resté dans le sud-ouest. Mais il y a tout de même onze personnes déjà qui gravitent chez Morex, même si l'affaire ne tourne évidemment pas encore à plein régime. Covid-19 oblige, le restaurant ne vend pour l'heure que des plats à emporter.

GRANDE VITESSE

Le noyau Morex reste de toute façon familial. « Alan, mon frère aîné, construit des voitures, dont un hot-rod et une Cadillac rénovée. Joan, mon petit frère, gère le génie mécanique, il conçoit les pièces, fait les soudures. Moi, je suis plus sur le design et l'esthétique. On s'éclate entre nous, avec l'envie d'aller au bout des choses! » Kevin raconte parfaitement l'histoire Morex, symbolisée par un médaillon en étain poli que l'on trouve sur les réservoirs de ses machines comme sur ses boards de surf, via des videos léchées publiées sur le site de la maison. Ainsi a-t-il fédéré une belle communauté, celle-là même qui l'a poussé à développer une ligne de vêtements et accessoires, destinée à ceux qui ne peuvent pas s'offrir de motos Morex. « On développe cette activité depuis un an car la demande est forte. » La marque des frères Morel ne concurrence certes pas encore Deus. Mais la Morex Custom House place définitivement Rennes sur la carte du cool motocycliste puisque la capitale bretonne est déjà riche de quelques bonnes adresses avec le Garage de Félix, un Royal Racer prochainement... « Depuis que le TGV a mis Rennes à une heure de Paris, ça bouge bien », confirme Kevin.

 

 Article Café racerArticle café racerArticle café racerArticle café racer